18 novembre 2017

King King théorie - Virginie Despentes

Un essai féministe et punk, vite lu, marrant et qui fait penser.
J'en retiens des considérations intéressantes sur le viol comme trauma indépassable (ou pas) et ce que disent vraiment les films de rape & revenge (en gros, du point de vue masculin, la femme est tellement souillée par le viol - sa virginité étant si précieuse - que seuls des flots de sang peuvent racheter ce crime). Le passage sur la prostitution, ses attraits et la difficulté d'en sortir est réussi également. Despentes se prostituait et publiait en même temps Baise moi (que j'avais acheté à sa sortie) exactement à l'époque où sortait mon premier roman. La mise en perspective de ma propre vie avec la sienne me laisse songeur.

16 novembre 2017

Le bossu – André Hunebelle


Un autre film du dimanche soir en famille : le Bossu, d'après Féval, avec Jeannot Marais et Bourvil. Evacuons ce qui fâche : Jean Marais ne joue pas très bien, l'ensemble est un peu raide et peu crédible, les duels font bling bling et les robes sont empesées, ça a vieilli. Par ailleurs (ce détail vient du roman) la pure jeune fille finit par épouser son père adoptif ce qui est un peu incestueux, non ? (C'est au moins un détournement de mineure par adulte ayant autorité...)
Mais il y a de beaux chevaux, des bagarres, ça sautille, ça cavale, le méchant est très perfide (et bien joué), il y a Bourvil qui tutoie le chevalier de Lagardère, et Jean Marais fait ses cascades tout seul, et qui est très bon quand il est déguisé en bossu (ce qui arrive un peu tard) cachant sa belle gueule sous un maquillage grimaçant. C'est moins enlevé, moins bouffon et moins beau que Cartouche, mais l'ensemble a du charme. Rosa et Marguerite ont bien aimé.




14 novembre 2017

Amahl et les visiteurs du soir – à l'opéra de Lausanne


Notre heureuse expérience de l'an dernier nous a donné envie de retenter le coup: aller voir un autre opéra pour enfants à l'opéra de Lausanne.
Amahl et les visiteurs du soir est un mystère de Noël de Gian Carlo Menotti, compositeur italo-américain du milieu du XXème siècle. Amahl est un jeune berger boiteux vivant dans le dénuement avec sa mère. Une nuit où l'enfant, rêveur, a vu passer une étoile dans le ciel, toquent à sa porte trois visiteurs venus d'Orient...
Le thème catéchétique pouvait laisser craindre, mais le livret est joliment tourné. A partir de cette adoration des mages, l'histoire parle surtout des relations d'un enfant pauvre et de sa mère, avec douceur et humour. On est loin de la causticité des zoocrates, mais les parents de tous âge pourront suivre le récit avec plaisir et curiosité. La partition a de beaux moments (le choeur des mages, la description de l'enfant) et la mise en scène met en valeur les moments comiques (les mages à la porte de la maison, très bilbo-esques) et les moments merveilleux.
Le plus grand plaisir de ce spectacle vient des voix : le très beau trio de basses des mages, la voix claire de Marie Mury dans le rôle d'Amahl et la très belle présence de Marina Viotti dans celui de la mère. Car au-delà du sujet biblique, c'est l'amour maternel avec ses douleurs et ses déchirements qui est au coeur de cette pièce.



Photos (c) Alan Humerose 

 

13 novembre 2017

Jusqu'à la bête – Timothée Demeillers

Ce n'est pas évident de donner envie de lire ce livre et c'est dommage. Essayons pourtant : Erwan travaillait dans un abattoir industriel dans la banlieue d'Angers. On sait très vite qu'il a fait quelque chose de grave puisque nous le rencontrons en prison, à ressasser sa vie d'avant pour tenter de comprendre. Et c'est dans ce ressassement, cette rumination ponctuée sans cesse des clac ! de l'usine que le livre nous fait plonger. L'usine, les carcasses suspendues, le sang, les mouvements répétés, les pauses, le parking de l'usine, clac, clac, clac, les mêmes collègues, les mêmes blagues, la vaches qui roulent des yeux fous, l'imam et le rabbin venus pour les abattages rituels, les clopes, les joints, le boulot à l'usine, en attendant la retraite.
Si la question de la violence faite aux bêtes et, en lien, la violence faite aux hommes, aux ouvriers et ouvrières, vous intéresse, si ce genre d'articles de Mediapart vous parle, lisez ce livre, une plongée douloureuse dans le monde de ce pauvre type, l'usine et tout ce qui tourne autour de l'usine, le HLM de l'enfance, la semaine de vacances annuelles en Vendée, la copine de l'été 2006, le super U, les soirées au bord de l'eau, la maladie, la vie en attendant la retraite, avoir juste deux ans, trois ans tranquilles, on ne demande rien de plus.
J'ai lu jusqu'à la bête cul sec, le livre est une plainte longue et forte, à l'écriture puissante. Ce que vous faites de cette lecture, de cet éclairage cru du monde, de ce texte qui dit avec la précision de la littérature des choses rarement dites, c'est à vous de voir.
Je me demande si l'impression qu'il provoque dure aussi longtemps que l'odeur de l'usine sur le corps d'Erwan.

Une réflexion en passant. Il me paraît évident à la lecture de ce livre que ce qu'il dit est vrai. Par la précision des termes utilisés, par la qualité de la langue, sa capacité à décrire ce que je connais (un HML, un supermarché, une relation humaine...) prouvant qu'elle décrit aussi bien ce que je ne connais pas (la prison et surtout l'usine).  Je n'ai pas cherché à sa voir qui était Timothée Demeillers ni comment il avait fait ce livre. J'ai peut-être eu tort, mais je ne crois pas. Pourquoi ?

(merci à l'ami Léo pour le conseil)

07 novembre 2017

L'île au trésor - Byron Haskin


Nous avons choisi ce film pour notre séance familiale du dimanche soir : production Disney des années 50, adaptation d'une histoire que nous apprécions tous (beaucoup). Le résultat est tout à fait réussi. Le film porte la marque de son époque, de son budget (relativement) réduit, mais la narration est à la fois fidèle à celle du roman, inventive, les personnages sont bien caractérisés et le récit construit une relation très forte et intéressante entre l'enfant (Jim Hawkins) et Long John Silver, très bien interprété, avec force roulements d'yeux et gros rires, par Robert Newton. Tout comme dans le roman de Stevenson, l'histoire tourne autour de ce terrible et sympathique truand, sans doute un des meilleurs personnages de pirates jamais inventé. Sans être un chef d'oeuvre, l'île au trésor produit par Disney (la premier film sans animation produit par Walt) est une adaptation fidèle et soigneuse, avec son lot de joies, de surprises et de terreurs.






25 octobre 2017

Le crabe-tambour – Pierre Schoendoerffer

On ne parle pas sur ma passerelle, sauf pour raison de service
Dans la carrée d'un navire de la marine nationale, vers 1975, des hommes échangent des histoires sur un officier qu'ils ont bien connu : Willsdorff, alias le crabe-tambour. Les vagues balaient le pont avant du navire, l'ambiance austère à bord est presque monacale, de grandes gerbes d'écume s'abattent sur les canons et la tourelle de l'escorteur d'escadreen mission d'assistance à la pêche (une pratique remontant à l'ancien régime) et le portrait de Willsdorff se dessine dans les récits et les souvenirs, ponctués des anecdotes bretonnes macabres du chef-mécanicien. On voit apparaître l'histoire récente de la France, les guerres de décolonisation au Vietnam, la guerre d'Algérie, le putsch des généraux... Cette construction de récits emboîtés au fil des souvenirs est menée avec une grande élégance. Film de militaires, film qui parle de la guerre, le crabe-tambour ne comporte pas beaucoup de scènes d'action ou de violence (même si le souvenir des combats est toujours là). On y voit des hommes qui parlent, boivent et surtout travaillent. La mer, les navires et les marins y sonnent vrai. Le comportement des uns et des autres ne s'explique pas entièrement, les gens ont leurs secrets et les explications qu'ils donnent de ce qu'ils ont fait... valent ce qu'elles valent.



Jean Rochefort est très bon dans le rôle du vieux commandant pas drôle du tout, les autres acteurs (Perrin, Rich, Dufilho que je découvrais) sont à la hauteur. Un très beau film.



On achètera une jonque et on rentrera à la voile ; quatre mois de mer. Après ça ira mieux.

24 octobre 2017

L'espionne du roi soleil - Annie Pietri

Maintenant, Rosa et Marguerite choisissent toutes seules leurs livres. Je me dis en tant que parent que je devrais lire ce qu'elles lisent pour le partager avec elles, mais j'ai pris pas mal de retard, qu'à ce stade je ne rattraperai jamais. Par exemple, les deux ont lu un paquet de tomes de la fantasy animalière d'Erin Hunter (la guerre des clans) et, dans un genre différent, Rosa a un vrai goût pour les versailleries d'Ancien Régime, dont elle m'a prêté un exemple durant les dernières vacances: l'espionne du Roi-Soleil, d'Annie Pietri.

Dans ce roman, nous faisons donc la connaissance d'Alix de Maison Dieu qui, en plus d'avoir un nom qui envoie du bois, est une jeune fille audacieuse, très noble, très jolie, qui ajoute à tout ça le fait d'être une escrimeuse et une cavalière accomplie (merci les leçons du grand frère). Mais voilà que son papa meurt, que sa jumelle adorée part au couvent et que son oncle maléfique tourmente sa pauvre mère (la forçant à manger sa dot pour financer la préparation de leur hôtel particulier de Versailles ! Quelle horreur !).
Dans l'espionne..., on aura des complots, des empoisonnements, des dettes de jeu, un passage par la Bastille, une lettre secrète cachée quelque part, un Roi-Soleil, une belle favorite, un perroquet... L'intrigue est dans le registre du mystère mélodramatique Grand Siècle, avec un twist final plutôt rigolo. C'est écrit vivement, l'autrice (j'essaie le terme) a une étagère longue comme un autobus de documentation sur le château de Versailles dont elle joue avec assez de légèreté. Quelques scènes sont très jolies (la scène du jeu, la lettre à la sœur enfermée...), d'autres étonnamment violentes (le méchant cogne fort sur la pauvre servante). Ca reste une littérature assez formatée, pas provocatrice pour un sou, mais amusante et bien faite.

Curieusement, au milieu de ce roman assez dense, se trouve un étrange passage où une pleine séquence de déguisement-infiltration-enquête-action au milieu du bas peuple (mais oui !) est maladroitement expédiée en un seul chapitre. L'éditrice/teur a demandé de couper pour alléger le roman de peur de charger les "jeunes lecteurs" ? Ou bien les auberges mal famées sentaient-elles moins bon que les allées de Versailles ?